LE MATERNAGE PROXIMAL EN QUESTIONS : QUELLES PRATIQUES ? POUR QUELLES RAISONS ?

Maternage (nom masculin) : Ensemble des soins courants prodigués par une mère à son nourrisson. (source : dictionnaire Larousse)

Voilà une définition bien lacunaire qui dénote une vision très française de l’accompagnement de l’enfant…

D’abord, il faut se mettre d’accord sur les « soins courants » à prodiguer : quels sont-ils ? Quels sont les besoins de base d’un bébé ? Manger, dormir, être propre : OK. Mais aussi être aimé, être en contact, être caressé, bercé. Selon la théorie de l’attachement développée par Bowlby, un bébé a une figure d’attachement primaire (souvent la mère) vers qui il se tourne en priorité pour subvenir à ses besoins. Et le besoin d’affection est aussi vital pour sa survie que sa nourriture ou son sommeil.

C’est donc bien aux parents de s’adapter au bébé pour combler ses besoins. Les nuits ? Un cycle de sommeil de 5 heures d’affilée est le maximum qu’on puisse demander à un nourrisson. Le lait ? Les laits industriels ne sont que de piètres tentatives de copie du lait maternel en termes nutritifs, et la chaleur du sein apportera réconfort, réassurance et apaisement, comblant ainsi un autre besoin primaire.

Enfin, pour revenir à la définition du Larousse, pourquoi ne materne-t-on que les « nourrissons » ? Tous les besoins mentionnés nécessitent d’être comblés bien au-delà de la première année de vie ! Et c’est là une dimension importante du maternage proximal: il ne s’arrête pas aux bébés mais continue bien au-delà!

Voilà pourquoi le maternage proximal nous semble une approche idéale des enfants. Il peut se définir par un faisceau de pratiques, qui prennent toutes leur justification dans les besoins fondamentaux des bébés et des enfants :

leche league allaitement maternage proximal

La Leche League, soutien entre mères allaitantes (cliquez sur l’image pour accéder à leur site)

– l’allaitement, bien que culturellement discuté, est la meilleure façon de créer un lien fort avec son bébé en offrant lait, chaleur, réconfort. Le début d’une complicité qui n’a pas de raison de s’arrêter avec les injonctions des pédiatres. En écoutant son enfant, on se rend compte qu’il a besoin de ce repère dans sa vie naissante. Rappelons ici les recommandations de l’OMS : 6 mois d’allaitement exclusif, puis une diversification alimentaire et la poursuite de l’allaitement AU MOINS jusqu’aux 2 ans de l’enfant.

portage bébé enfant maternage proximal

– porter son enfant, dans un moyen de portage physiologique adapté (et non une planche de skate rigide et inconfortable comme les  BabyBjörn), dès la naissance en peau-à-peau, puis dans la vie quotidienne (en promenade, à la maison, pour endormir, pour éveiller). Encore un merveilleux moyen d’entrer en contact avec son bébé qui surpasse largement la poussette (qui ne fournit pas de contact direct avec le parent, amène un stress plus grand pour l’enfant qui affronte bruits inconnus et gaz d’échappement seul, sans sentir la chaleur réconfortante du parent à ses côtés…)

cododo maternage proximal respect sommeil enfant– respect du sommeil de l’enfant, en tant que base de sa santé et de son développement : le bébé n’a pas les clés pour s’endormir seul, ni le bambin d’ailleurs. Se laisser sombrer dans le sommeil nécessite un abandon serein pour lequel la présence d’un parent est primordiale. Accompagner son enfant dans son sommeil, c’est lui offrir une base de sécurité affective. Pour cela, toutes les « installations » sont possibles : cododo, lit à proximité, hamac…

maternage proximal éducation bienveillante communication non-violenteD’autres pratiques sont également souvent citées : techniques de massage, hygiène naturelle infantile, langage des signes, astuces de communication non-violente… Elles favorisent toutes la communication avec le bébé, en le considérant comme un être à part entière. Elles permettent d’envisager la relation à l’enfant avec bienveillance en rendant absurdes les interprétations négatives des comportements de l’enfant (caprices, comédies, bêtises…).

Cette brève présentation du maternage proximal soulève de nombreuses interrogations : comment concilier maternage et vie active dans la société actuelle ? Comment expliquer ces pratiques à un entourage au mieux dubitatif, au pire carrément réfractaire ? Comment ne pas se sentir isolé-e et/ou jugé-e ? Comment se mettre d’accord au sein du couple pour faire fonctionner cette approche ? Où trouver des informations fiables sur le sujet ? Que penser des dires des pédiatres et autres « spécialistes » de la petite enfance, qui vont bien souvent à l’encontre de ces pratiques ? A l’heure où les dernières découvertes en neurosciences valident toutes les pratiques du maternage proximal, pourquoi la désinformation la plus indigne continue-t-elle à circuler parmi les parents ?

Nous aborderons tous ces sujets, et bien d’autres encore, lors de la rencontre de parents extra-terrestres du dimanche 20 septembre (15h-18h, centre-ville d’Albi) qui aura pour thème: « Le maternage proximal en questions: quelles pratiques? pour quelles raisons? »

Infos et inscriptions (gratuit) : libresenfantsdutarn@yahoo.fr / 06-31-95-79-81

Publicités

Une réflexion sur “LE MATERNAGE PROXIMAL EN QUESTIONS : QUELLES PRATIQUES ? POUR QUELLES RAISONS ?

  1. Pingback: Le bingo du maternage proximal | Libres enfants du Tarn

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s